Le blog pour faire des choix éclairés pour ses études supérieures

Portraits

Concilier études et sport de haut niveau : portrait d’Aurélien Diesse

Je suis fier d’être étudiant à l’Université Paris-Saclay “, dit Aurélien Diesse judoka de haut niveau qui prépare la grande aventure sportive de sa vie tout en achevant son master STAPS : ingénierie et ergonomie de l’activité physique, avec des horaires aménagés.

Certains pensent que concilier études et sport de haut niveau est impossible et il est vrai que mener les deux de front est un véritable défi …

Aurélien Diesse et l’Université Paris-Saclay montrent qu’avec de l’écoute, de la confiance réciproque, de l’intelligence partagée et, bien sûr, du travail, on peut faire du sport et des études mais, plus encore, viser l’excellence partout… Et même monter sur le toit du monde olympique en 2024 avec un bac plus 5 en poche !

Sport de haut niveau, études universitaires et autres passions…

« J’ai été champion de France, vice-champion du monde par équipe, médaillé aux jeux européens. Les jeux olympiques, en 2024, se dérouleront chez moi en France, et plus précisément, dans la région parisienne dont je suis issu. Mon objectif affiché, c’est la médaille olympique !

Cela suffirait à beaucoup mais, Aurélien n’est pas uniquement judoka, il est animé par de multiples passions et centres d’intérêt. Il a créé une association qui intervient dans les écoles de Seine Saint Denis :

Je ne suis peut-être pas le natif de Bondy le plus connu*, mais j’ai à cœur de véhiculer les valeurs du sport et de montrer l’intérêt des études aux plus jeunes, comme mes parents l’ont fait pour moi.

Aurélien aime aussi la musique, la comédie -voir et jouer- et même, quand cela est compatible avec ses obligations d’athlète de haut niveau, pratiquer d’autres sports…  

Mais surtout, il a été très tôt convaincu par sa famille de s’investir dans les études : il est actuellement étudiant en master STAPS : Ingénierie & Ergonomie de l’activité physique , qui forme des professionnels pluridisciplinaires, experts en sciences du mouvement humain et en sciences de l’ingénieur, ce qui lui permet d’envisager de nombreux débouchés professionnels.

Il envisage, parmi d’autres pistes possibles (« mon stage au technocentre de Renault m’a ouvert au domaine passionnant de l’automobile »), de se diriger vers l’un des domaines qui le motive particulièrement : la recherche et développement.

Si tout va bien, Aurélien aura, avant les Jeux, validé son master 2 et pourra préparer l’esprit tranquille sa quête olympique, laquelle passe d’abord par les sélections, car Aurélien le rappelle, « pour les français, la concurrence est telle qu’il est parfois presque aussi difficile d’être sélectionné que d’être médaillé… »

Les aménagements au quotidien

Gérer les deux parcours demande beaucoup de volonté et d’énergie à Aurélien. Il doit en effet se déplacer entre l’INSEP (Institut National du Sport, de l’Expertise et de la Performance), l’antre du haut niveau sportif, son club du Blanc-Mesnil et l’Université Paris-Saclay.

 L’université et mes responsables de Master m’ont permis de bénéficier de différentes adaptations, comme des cours ou des épreuves directement à l’INSEP, des horaires aménagés, avec un master 1 étalé pour pouvoir faire face aux impératifs de compétition et, peut-être le plus important, ils ont été à l’écoute et ont fait preuve de compréhension.

Ne pas s’y tromper : Aurélien ne bénéficie pas de « passe-droit », s’il a pu rattraper, en cas d’obligation, quelques cours en utilisant des relais d’information favorisés par l’université et bénéficier de certaines évaluations sur le site de l’INSEP, d’autres parties de sa formation, comme les travaux de groupe, nécessitent sa présence, tout comme celles des autres étudiants.

Le sportif de haut niveau qui fait des études cumule pression de la compétition et nécessité de réussite universitaire. Se sentir soutenu et compris dans ses objectifs est fondamental pour relever ce genre de défi.

S’il monte sur le podium olympique ou celui des championnats du monde, nul doute que les enseignants, et l’université dans son ensemble, seront très fiers d’Aurélien…  

* « je ne suis pas aussi connu que K. Mbappé… »


En savoir plus

https://www.alljudo.net/judoka-32566-diesse-aurelien.html

Partagez cet article

Répondre