Le blog pour faire des choix éclairés pour ses études supérieures

Vocation santé

Etudes de santé : êtes-vous plutôt PASS ou LAS ?

Depuis la rentrée 2020 et la réforme de santé, PASS et LAS sont les deux filières universitaires permettant d’accéder aux études médicales. PASS est le Parcours Accès Spécifique Santé d’une année et LAS, la Licence option « accès santé » de trois ans. Comment faire son choix ? Votre degré de motivation pour un métier de la santé, votre niveau en sciences, votre capacité de travail et votre intérêt éventuel pour d’autre voies de formation seront à prendre en compte. Suivez le guide !

Pass, une préparation aux concours de santé en une année

Médecine, maïeutique, odotonlogie (chirurgie dentaire), pharmacie, kinésithérapie… L’un de ces cinq domaines de la santé vous intéresse et vous êtes sûr de votre vocation ? Le Parcours accès spécifique santé (PASS) est la clé pour accéder au concours vers ces spécialités. Le PASS remplace la première année commune aux études de santé (PACES). Ce parcours spécifique comporte trois quarts des enseignements en santé et propose une formation transverse (anglais, connaissance des métiers de la santé) et une matière mineure disciplinaire (droit, économie, philosophie, mathématiques…). Cette mineure prépare la poursuite dans une licence pour ceux qui valident leur année de PASS mais échouent au concours d’entrée aux métiers médicaux.

PASS : des compétences scientifiques et une grande capacité de travail

Le concours à la filière médecine, maïeutique, odontologie, pharmacie, kinésithérapie (MMOPK) est un concours post-bac très difficile. Les matières enseignées lors de l’année du PASS sont des matières non abordées au lycée : anatomie, histologie, biophysique, pharmacologie, sciences humaines… De septembre à mai, c’est un programme très chargé qui devra être intégré ! Autant dire que pour mettre toutes les chances de son côté, il faut se poser les bonnes questions : suis-je capable de travailler très dur pour assimiler une telle densité d’information en si peu de temps ? Suis-je assez autonome, organisé, efficace dans mon travail ? Par ailleurs, en théorie, le PASS est ouvert à tous, quelles que soient les spécialités choisies au bac. Les dossiers sont examinés sur la base de vos notes et de vos spécialités. Mais les compétences attendues portent surtout sur les matières scientifiques. Il faut avoir un très bon niveau de physique, chimie, SVT et mathématiques. Sans surprise, si vous avez choisi ces trois matières au bac, vous mettez plus de chances de votre côté ! Ajoutons à cela de bonnes compétences en communication écrite et orale, et des qualités humaines d’empathie, de bienveillance et d’écoute, et vous aurez le profil parfait.

Les conditions d’admission au concours PASS

A l’université Paris-Saclay, le classement final d’accès pour l’accès aux filières MMOPK se fait à 70 % sur les notes obtenues au premier groupe d’épreuves (concours écrits se déroulant en janvier (première partie) et en mai (seconde partie)) et 30 % sur la note obtenue sur les oraux si vous y êtes admissible (juin). Pour être admissible aux oraux, vous devez avoir une note moyenne au premier groupe d’épreuves supérieure ou égale à une note seuil définie par le jury.  

Et après le concours PASS ?

Si vous réussissez le concours après une année de PASS, vous êtes admis en deuxième année dans la spécialité de votre choix de la filière MMOPK. Si vous ne réussissez pas le concours mais que votre année est validée, tout n’est pas perdu !

En aucun cas, vous ne pourrez redoubler l’année du PASS mais vous pouvez passer en deuxième année de licence option « accès santé » (LAS) dans la matière de la mineure disciplinaire que vous aurez choisie (droit, économie, philosophie, mathématiques…). Pour cela, il faudra une note moyenne supérieure ou égale à 10 au premier groupe d’épreuves du concours PASS et à la mineure disciplinaire choisie. Si vous avez opté pour le droit par exemple, vous pouvez entrer en deuxième année de LAS droit si vous avez obtenu au moins 10 de moyenne dans cette discipline pendant votre année de PASS. En passant du PASS à la deuxième année de LAS, vous pourrez candidater à nouveau une fois aux filières de santé, en fin de LAS2 ou de LAS3. Vous ne représenterez alors que les mineures santé où vous n’avez pas eu la moyenne au concours.

LAS : plus de temps pour accéder aux études de santé

Si le PASS vous semble trop exigeant et que vous décidez de ne pas l’intégrer, cela ne vous ferme pas la porte aux métiers du MMOPK : les LAS sont une option pour vous ! Instaurées par la réforme de l’université, ces licences généralistes proposent une option « accès santé ». Dans ce cas, vous choisissez la licence qui correspond le mieux à vos goûts et points forts : droit, SVT, gestion économie… qui proposent des matières « mineures santé » comme, selon les universités, l’anatomie, la biologie, le médicament… Ces licences proposent un minimum d’enseignements en lien avec la santé, nécessaires à l’intégration de la filière MMOPK et vous donnent la possibilité de présenter votre dossier deux fois au maximum, en fin de LAS1 de LAS2 ou LAS3. Pas de concours donc en LAS mais un recrutement sur dossier + des oraux si votre dossier est jugé satisfaisant par le jury. Si votre dossier est jugé trop faible, vous passez en année supérieure de licence et pourrez le présenter une seconde fois.

Attention car toutes les LAS ne permettent pas de prétendre à toutes les filières de santé. Les filières accessibles sont clairement indiquées dans les fiches de présentation des LAS. Par exemple, à l’Université Paris-Saclay, vous ne pourrez pas avoir accès à la filière kiné si vous partez d’une LAS, sans être passé par un PASS.

Une dernière précision avant de choisir votre voie : à l’Université Paris-Saclay, les places des filières PASS et LAS sont contingentées de la façon suivante : en 2022, autour de 70 % des places seront réservées aux étudiants issus du PASS et 25 % aux étudiants issus des LAS et 5 % pour les voies passerelles.

Pour vos études de santé, vous pensez choisir plutôt le parcours PASS ou LAS ?

En savoir plus

Pourquoi réformer les études de santé?

Partagez cet article

Répondre